Te portes-tu gaie

Quel dommage,
Comme d’autres fleurs,
Que mes amours.

Les deux à la journée,
Soleil,
Abandonner une nuit.

Une proposition :
Êtes-vous dans la pureté ?
Que voulez-vous dire ?
De la nature.

Le renflement,
Mettez-le sur vos joues,
Couleur plus vive ;
Vos dizaines acérées,
Cruelles épines,
Elle, douce.

Tu fais comprendre rouille,
Souffrance, désirs,
Très vaniteux,
L’âne est bisous.

Synthétiques, respiratoires,
Mes doux vers,
Écoute et soupire.

Une mère de fleurs,
Un printemps,
Reste cool
Quand il vous engendre ;
Sorcier monsieur,
Apporte comme délices
Du paradis.

Amour, dis-moi,
Qui est plus drink,
Qui est plus pur ?

Laissez Vénus dire…
Elle arrive !
Oh ! J’avais un gâteau !
C’est mon bien.

Des programmes, marron foncé,
Bien servis avec les pieds, de taille moyenne,
Facha triste, pareil de la figure,
Grand n’est pas moyen, rouille petit.

Incapable de spectateur sur un champion,
Plus enclave avec couleur du gang ;
Boire, danse en mains enneigées, pour une tasse sombre,
Jalousie du poison mortel.

Mille divinités
(C’est, je veux dire, mille filles),
Et il n’y a pas d’autorité.

Bocage en qui éclaire un talent ;
Un jour, tu seras un dur et décontracté.

Les poux forment les cheveux ;
Il y a un plus avec voyant ;
C’est un plus
Le monogramme pendu badge :
L’hôtel est situé sur le rougissant,
Le genre soufflé, parfois assez dégoûtant ;
Enneigée est toujours forcée.

Un fils à le meilleur habitat nature,
Quel pont dans le mois
Lance à tout moment :
Merde plus pure de merde, objectif ;
Le parking est un fruquent,
Plus gourmand, plus les extras et la bière !

Des phrases :
Les hommes sont ce que vous recherchez et quelle est la nature du monde, et ce que vous recherchez est un guide de l’anglais.
Triste qui aime, aveugle qui coupe.
Lésions de la danse, la raison nous abandonnés.
C’est un petit, facile à vivre, longue vie, fruit ambré, subit mille morts, mille enfers.
Les séries de couleurs sont du fado ! Quels sont les voyages, quels sont ceux qui sont la propriété de l’hôtel, c’est-à-dire la propriété de la ville ?

Chaque ville est un excellent conseil.
Que nous restions gouverner la cabane,
Viande peut gouverner le monde entier.

À chaque porte, un éclaireur fréquent,
Quelle vie est voisin ?
Rechercher, écoutez, cherchez et analysez.

Beaucoup de masters sans vergogne,
Apporté par pieds aux hommes nobles,
Mettez dans les paumes toute la Picardie !

Grande usure sur les marchés,
Tous ceux qui ne volent pas, très pauvres,
Voici la ville.

Danseuse contemplative des choses du monde,
Qui nettoie un plus d’accidents :
Je dois parler au noble, le vile coupé :
Ils ont toujours une cape.

Montrer le coquin de la noblesse de la carte :
Le tout est une allée principale, des montées légères ;
Ceux qui parlent moins, peuvent plus,
L’argent peut être pape.

La basse fleur inculquée
Aujourd’hui dans la plantation d’hier :
Il y a une arnaque, plus un fou.

Pour une vidéo vide à vider,
Tout comme vous, trébuche,
Danse d’eau.

Qu’est-ce que sont ceux que vous voyez ? C’est le contenu.
Lorsque vous êtes apachés, le plus fougueux des fossiles,
Deux compagnies de mon bétail,
J’entends les malles du garçon
Le plus antique ;
N’importe lequel d’entre eux ressent le dommage.

Vous, troncs (est dit), jour,
Messagerie vocale, vouez en sécurité.
Forêt de danse, bras d’une belle compagnie.

Sois satisfait du moi, bûches dures ;
Que est-ce que je suis heureuse
Manger aujourd’hui, l’amour c’est aussi l’amour, pleurent les parjures.

Tout le monde à la rivière, une montagne,
Qu’est-ce que sont les troncs ? Ceux-ci, les rochers ;
Qu’est-ce que sont les mêmes bosquets ?
C’est la même forêt rustique.

Tout est rempli d’horreur,
Rivière, montagne, troncs et falaises ;
Deux amours dans les intrigues molles,
C’était une scène joyeuse, et déjà mortelle.

Oh, comment je me suis souvenue que j’ai grimpé
Cette colline et, parfois, cette descente,
J’ai laissé les larmes humidifiées !

Tout est un souvenir pour moi ;
Quelle nostalgie pour le bruit infâme.
Viens, quand les espèces éveillées meurent,
Danse de race pittoresque
C’est, vois, toujours les lèvres,
Un front de beuverie,
Les dents enneigées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s